Eglise Saint-Maurice de Cuffy

Projet :

La DRAAC du Centre-Val de Loire et la commune propriétaire de l’œuvre avait pour projet la réalisation d’une vitrine patrimoniale pour présenter un ex-voto, navire du XVIIIème siècle de la marine royale récemment restauré.

Deux enjeux majeurs étaient au cœur du projet : stabiliser l’humidité relative pour protéger l’ex voto récemment restauré dans une église sans contrôle climatique et d’autre part garantir la sécurisation de l’œuvre dans un bâtiment en libre accès.

De plus, la vitrine devait répondre aux conditions suivantes :

  • Une vitrine totalement étanche à l’air et à la poussière,
  • Une gestion de l’humidité relative très performante compte tenu de l’environnement de l’œuvre exposée
  • La nécessité de mettre en valeur l’œuvre par une esthétique de la vitrine très minimaliste, sobre et pure avec des finitions soignées, s’intégrant à cet espace cultuel de l’époque romane
  • La nécessité de travailler sur la facilité de la manipulation de l’œuvre,
  • Résoudre le problème d’accessibilité de la vitrine à l’espace dédié au cœur de l’église
  • Et enfin, la sécurisation et la mise en lumière de l’œuvre afin que celle-ci prenne toute sa dimension.

Afin de répondre à ce cahier des charges, Promuseum a proposé une vitrine patrimoniale extrêmement technique et totalement sur mesure avec une partie espace d’exposition composé de 4 faces verre avec un plateau coulissant pour pouvoir manipuler l’ex voto à l’extérieur de la vitrine. La sécurisation de l’œuvre est assurée par un verre anti-effraction de classe P5A UltraClear. Une lame de métal positionnée entre les verres empêche tout risque d’ouverture au niveau de l’assemblage des verres et permet de conserver une cloche entièrement vitrée sans profilé apparent. Des serrures de sécurité Abloy® non visibles et une alarme ouverture de porte complètent le dispositif.

Pour assurer le contrôle hygrométrique de l’espace d’exposition la vitrine devait être parfaitement étanche à l’air. Un test d’étanchéité à l’air a été réalisé au moment du montage en atelier et le suivi des variations hygrométriques pendant plus d’une semaine avant la livraison sur site.

La technologie retenue a été sélectionné pour son très haut niveau de performance mais également par sa grande autonomie et sa possibilité de pilotage à distance. En effet, le contrôle hygrométrique par membranes ne demande aucune maintenance. La DRAC a fait le choix de pouvoir suivre à distance le contrôle climatique à l’intérieur des vitrines : un relais radio a été installé pour permettre l’accès aux données de température et d’humidité relative en temps réel ainsi qu’un pilotage à distance. Ainsi, après plusieurs semaines d’exploitation les valeurs cibles ont pu être modifiées sur la plateforme de pilotage Préservarium sans avoir besoin de se déplacer sur site.

Les courbes indiquent des résultats exceptionnels avec une variation de 0,5% malgré des fortes variations climatiques. L’ex voto est parfaitement protégé.

Pour la mise en valeur de cette maquette un éclairage LED sans dégagement de chaleur et avec détecteur de présence a été sélectionné. Les spots orientables sont également gradables en intensité lumineuse.

Enfin la ligne épurée de la vitrine, sa sobriété et sa couleur font de ce projet une parfaite réussite soulignée par la DRAAC et la commune propriétaire de l’œuvre exposée.

Vous trouverez ci-dessous l’entretien de Madame Irène Jourd’heuil, Conservatrice des Monuments Historiques qui relate l’histoire de ce merveilleux projet.

Scénographie : Direction régionale des affaires culturelles en Centre-Val de Loire

Promuseum/Archa

Laisser un commentaire